Dark Moon, David Gemmell

Enfin je sors de mon cycle infernal de lectures décevantes ! Bon, j'exagère un peu, il n'y a pas eu que de mauvaises lectures, mais mis à part des auteurs que je connaissais déjà ou des cycles déjà entamés, chaque découverte était malheureusement une déception depuis un ou deux mois... C'est finalement en achetant, un peu au hasard, ce livre dans une brocante, que je brise le sort ;) 

voilà, voilà...
Un petit article s'impose je crois !

" Des anciens peuples, seuls les humains ont survécu.
Les paisibles Eldarins, les sages Oltors et les monstrueux Daroths ne sont plus qu'un souvenir, disparus de la surface du monde après une guerre sanglante. Mais les humains ont la mémoire courte. Mille ans plus tard, alors que quatre duchés se livrent une guerre fratricide pour s'emparer d'une perle aux pouvoirs magiques, par une nuit où la lune est plus noire que le ciel, l'impensable survient. Au beau milieu du Désert du Nord, une cité gigantesque surgit de nulle part.
Les Daroths sont de retour, et personne ne peut les arrêter. Le sort du monde repose désormais sur les épaules de quatre héros. Duvodas, le guérisseur, dernier dépositaire du savoir des Eldarins ; Karis, la belle stratège qui compte autant de victoires que d'amants ; et le jeune Tarentio, le plus dangereux spadassin à avoir foulé le sol. Car Tarentio cache en son sein un être pire encore que les Daroths : Dace, le quatrième héros."

De la dark fantasy donc, et j'en avais bien besoin ! Nous suivons au début du récit Tarentio/Dace (je ne spoilerai rien, mais sachez que ce "duo" est plutôt spécial ^^), dans un univers violent, sombre, avec un regard acerbe sur l'humanité (rien de neuf dans de la dark fantasy vous me direz...). Ce n'est pas "glauque" non plus, même si on devine qu'il y a peu d'espoir. Sauf que face aux Daroths, véritable incarnation du Mal, n'éprouvant aucune pitié, même notre puissant guerrier aura du mal à s'y opposer... 

On peut dire qu'il y a deux parties dans ce récit : la première on l'on suit surtout Tarentio, puis Duvodas, exposant l'univers et préparant à l'inéluctable catastrophe. Et une seconde, où c'est la guerre avec tous ses enjeux et ses ressorts.

L'écriture est fluide, colle parfaitement à l’âpreté du récit, avec quelque chose d'implacable. Il y a peu de descriptions et elles sont toutes justifiées quant il y en a (ce qui est un très bon point !). David Gemmell développe un univers médiéval classique, l'originalité vient plutôt des différentes races : que ce soit les effrayants Daroths, dont la description m'a fait beaucoup penser aux œuvres de H. R Giger (le papa de la créature d'"Alien" notamment). La distinction entre les paisibles et innocents Eldarins, les non moins paisibles mais plus sages Oldors, et enfin les affreux Daroths, m'a ramené au film Dark Crystal, avec les doux Mystiques ne pouvant pas se défendre et les cruels Skeksès ne connaissant pas la bonté. Grâce à cela, l'auteur nous propose une vraie réflexion sur la paix, les choix, la propension qu'à l'humanité à s'auto-détruire, mais surtout la différence de pensée selon les personnages et races décrites. On est forcé d'adopter différents points de vue, et à se poser la question de la moralité, de la survie, en remettant en question ce que l'on peut trouver naturel au premier abord : par exemple tuer ses ennemis pour survivre. C'est le gros GROS point fort de ce livre. C'est intelligent, jamais manichéen, et on ne prend pas le lecteur pour un débile, merci !

Seuls bémols : quelques petites longueurs, peut-être dues au fait que l'auteur développe beaucoup de personnages, ce qui est tout à son honneur, car ils sont tous attachants (enfin, plus ou moins ^^), très bien construits, mais on laisse parfois un peu de côté les deux héros du début, ce qui m'a manqué...

J'espère vous avoir donné envie de le lire, c'est un petit pavé d'un peu moins de 500 pages, mais on s'attache très vite aux personnages, les rebondissements vous tiennent en haleine, et l'univers est très bien construit : que demander de plus ?

J'enchaîne sur ce qui sera certainement un coup de cœur : le tome 3 du Puits des Mémoires de Gabriel Katz ;) A très bientôt !

4 commentaires:

  1. Je crois n'avoir jamais lu de dark fantasy mais j'ai bien envie de tenter ! Par contre les 500 pages hhmm pas pour tout de suite je pense ahah mais je le garde en tête :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je comprends, et il faut être sûr que le genre plaise ^^ Perso je n'ai pas lu énormément de dark fantasy donc j'y vais un peu à tâtons ;)

      Supprimer
  2. David Gemmell, il me parle celui-ci, on arrête pas de me le recommander... ta chronique est un signe :p ! Surtout qu'elle est sacrément positive...

    Au vu de ton avis, ça me fait légèrement, vraiment légèrement! Mais ça me fait pensée à Blood Song ! Qui est dark dans son genre également, et qui est aussi très loin d’être manichéen et des standards qu'on rencontre souvent dans ce genre. Du coup eh bien je le fait rentrer dans ma petite liste et qui sait ! Peut-être que je pourrais mettre la main dessus cette semaine en occasion...

    Merci pour cet avis encourageant ! ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup !
      Et je ne connais pas du tout Blood Song, du coup il va atterrir dans ma WL tout de suite ;) Merci pour tes recommandations, j'espère que tu trouveras le Gemmell en occasion ^^

      Supprimer

Fourni par Blogger.