Holomorphose, tome 1 : Blasphème, Jean Vigne

     Présent depuis un petit moment dans ma PAL, j'ai (enfin!) fini par lire le premier tome de la duologie "Holomorphose", de Jean Vigne, paru aux Éditions du Chat Noir (que décidément j'affectionne de plus en plus). Je vous en dit plus après l'habituel résumé :


"Depuis son récent déménagement à Grenoble, Solana est devenue une ado solitaire, sans ami ni attache. Son année de terminale s’avère compliquée, entre un père absent, une mère détachée et une bande de jeunes qui l’a prise pour cible. Difficile de faire pire … et pourtant. La destruction semble s’installer dans les parages, chez Solana plus exactement, qui bientôt ne peut plus bouger le petit doigt sans déclencher une catastrophe. Les cadavres se multiplient en ville, les portes de l’apocalypse sont sur le point de s’ouvrir et Solana pourrait bien en être la clef."

Je ne suis pas vraiment une grande habituée de l'urban fantasy, mais c'est avec curiosité que je me suis lancée, faisant confiance aux conseils de l'auteur, rencontré lors d'un salon. On est dans le bain dès le départ, avec de mystérieux meurtres, dont on devine la nature surnaturelle, touchant la ville de Grenoble. 
On passe ensuite à un récit à la première personne, avec notre héroïne Solana, adolescente gothique ayant quitté Bordeaux pour suivre ses parents. J'ai beaucoup apprécié ce personnage, l'auteur a su créer une héroïne adolescente crédible, avec ses défauts, mais bien loin des portraits d'adolescents ô combien agaçants dont on nous abreuve tous les ans. Elle est discrète et très seule, mais le tout est contrebalancé par son courage au quotidien, face à des situations de harcèlement violent. Elle sait également faire preuve d'humour et d'auto-dérision malgré les épreuves, ce qui la rend attachante, et nous rappelle par certains côtés l'adolescent/e qu'on a pu être. 

L'atmosphère est sombre, la ville en elle-même est étouffante : les personnages, les victimes, semblent prisonniers de la ville, sans échappatoire ni asile. Le danger est partout, et il y a peu de sources d'espoir. Solanna finira par en trouver une en la personne de Nath, punk au caractère trempé à l'acide sulfurique, qui peut agacer par moment, mais deviendra la planche de salut de notre héroïne.
Les autres personnages secondaires sont vraiment bien développés, on prend le temps de les connaître, de comprendre leurs réactions. En témoigne la policière, Lola, dévastée par la maladie de sa fille de treize ans, dépeinte comme une femme forte, éprise de justice.

Autre point très positif, le démarrage en douceur (certes, entrecoupé de meurtres) : Jean Vigne commence par nous décrire le quotidien d'une adolescente, avec ses attentes, permettant de nous familiariser avec les personnages. Parce qu'ensuite l'intrigue ne fera que se compliquer ! Tout d'abord on a droit à chaque début de chapitre à des flash-backs concernant l'enfance de Solanna, puis la narration se découpe entre les passages de Solanna, ceux de Lola, et les meurtres. Et plus on avance, plus de nouveaux personnages apparaissent, apportant leur lot de questions. Je n'en dirais pas plus mais vous serez prévenus ;)

L'histoire en elle-même est donc riche, on passe du drame au thriller, de la comédie lycéenne au fantastique puis, bien sûr, la fantasy. Et c'est peut-être le souci pour moi, j'ai lu la première moitié du livre très vite, totalement prise, mais j'ai eu l'impression d'un trop plein d'informations dans la suite de ma lecture. Certains dialogues m'ont semblé trop longs, pour moi des passages étaient "en trop", et n'apportaient pas grand chose au fil rouge de l'histoire. On sent que Jean Vigne veut faire vivre ses personnages, apporter une touche d'originalité à chacun, ce qui est louable. Malgré tout j'ai terminé ma lecture en demi-teinte, n'arrivant plus à totalement m'intéresser aux différentes intrigues.

Cependant ce fut une très bonne lecture générale ! Et je ne peux que vous conseiller de le lire. Par rapport à mon dernier article sur Les étoiles de Noss Head, il y a ici l'inverse de toutes les critiques que j'ai pu faire à propos de l'écriture de Sophie Jomain : Jean Vigne a travaillé ses personnages de manière remarquable, pareil pour le travail de création de l'histoire qui relève d'inspirations diverses tout en restant originale. Enfin, l'auteur possède une écriture riche, agréable et maîtrisée. On sent qu'il a pris du plaisir à écrire, et a passé du temps sur ce roman. Si vous voulez sortir des clichés du Young Adult, avec une atmosphère sombre et violente (âmes sensibles s'abstenir !), vous ne serez pas déçus !

A très bientôt et bonnes lectures ;)




4 commentaires:

  1. Ta chronique me rassure Lol. Enfin j'ai rarement été déçue par cette ME lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahah oui franchement je n'ai eu aucune déception jusqu'à présent ! Et je pense que je commanderai les amoureux de la lune, ta story m'a donnée envie ;)

      Supprimer
  2. C'est dommage pour les points négatifs mais ce roman est dans ma WL et j'ai très envie de le découvrir! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après c'est vraiment personnel comme ressenti pour les points négatifs, donc je suis sûre que ça peut devenir des points positifs pour d'autres. Et de manière générale ça a été une bonne lecture, donc je pense que tu peux y aller sans trop d'appréhension ;)

      Supprimer

Fourni par Blogger.