Even dead things can feal your love, Mathieu Guibé


Au risque de me répéter par la suite, j'adore les couvertures des éditions du Chat Noir...

"Au terme de votre vie, à combien estimez-vous le nombre de minutes au cours desquelles vous avez commis une erreur irréparable ? De celle dont les conséquences régissent d’une douloureuse tyrannie vos agissements futurs jusqu’au trépas. Mon acte manqué ne dura pas plus d’une fraction de seconde et pourtant ma mémoire fracturée me renvoie sans cesse à cet instant précis tandis que la course du temps poursuit son inaltérable marche, m’éloignant toujours un peu plus de ce que j’ai perdu ce jour-là. Je me demande si notre dernière heure venue, les remords s’effacent, nous délestant ainsi d’un bagage bien lourd vers l’au-delà ou le néant, peu importe. Puis je me souviens alors qu’il s’agit là d’une délivrance qui m’est interdite, condamné à porter sur mes épaules ce fardeau à travers les âges, à moi qui suis immortel.

L’amour ne devrait jamais être éternel, car nul ne pourrait endurer tant de douleur.
"

Après ma fantastique lecture d'Apostasie, j'ai décidé de découvrir ce que proposaient les éditions du Chat Noir, et j'ai eu l'occasion de me procurer plusieurs ouvrages de leurs collections au Salon Fantasy en Beaujolais le mois dernier. En suivant les conseils de Jean Vigne, auteur dont je parlerai prochainement, j'ai fait l'acquisition de ce roman, paru en 2013, en suivant ma lancée Bit-Lit.

Et ce fut une très agréable lecture ! Ce n'est pas non plus un coup de cœur comme l'a été Apostasie, mais cela me conforte dans mon idée de suivre les publications de ces éditions. L'écriture de l'auteur et co-éditeur, Mathieu Guibé, est sensible et passionnée, les figures de style sont à chaque fois originales et pertinentes, créant une atmosphère particulière. On sent l'influence d'Anne Rice dans la création de son vampire et dans les questionnements intérieurs, métaphysiques, qui sous-tendent la narration. C'est un livre gothique, romantique, parfois violent (et oui les vampires ne sont pas des enfants de chœur...), parfait pour qui aime les ambiances sombres. Ce que j'aime particulièrement c'est qu'on lit ici un livre de vampires qui ne se complait pas dans un genre souvent adouci et aseptisé, pour ne pas dire calibré, pour un jeune public. Je me répète, il s'agit là d'un livre de vampires, donc de monstres :)

Le roman est découpé en quatre parties, suivant les différentes phases de l'histoire d'amour. Dans la première partie, les évènements s'enchaînent rapidement, suivant un rythme agréable, nous permettant d'éviter les longueurs. Mais alors que je commençais à avoir peur d'une histoire convenue (on devine assez facilement le rôle et la suite du livre), le roman prend une autre tournure à la fin de cette première partie, ce qui relance l'intérêt du lecteur et apporte de la complexité au récit. Je ne vous dévoilerai donc pas la suite, mais sachez qu'elle est suffisamment originale et permet d'éviter les sentiers battus de ce type de récit.

Il est difficile pour moi d'expliquer pourquoi il ne s'agit pas d'un coup de cœur, tant tout semble parfait... J'ai peut-être eu un peu de mal à m'attacher beaucoup aux personnages : ceux-ci m'ont plu, ils sont travaillés et ne tombent jamais dans le manichéen, mais certaines relations auraient peut-être mérité un peu plus de développement (entre le héros et son domestique par exemple)... L'histoire d'amour est touchante, mais étrangement je ne me suis pas complètement sentie absorbée par celle-ci. 

Malgré tout je pense qu'il s'agit d'un ressenti très personnel, et que le roman a le potentiel pour être un coup de coeur chez beaucoup de personnes.

Je vous le recommande donc chaudement, avec un grand verre de sang frais bien sûr ;)

2 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas du tout ce livre mais j'ai envie d'essayer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, j'espère qu'il te plaira si tu tente le coup !

      Supprimer

Fourni par Blogger.